Mon travail ne me plait pas, que faire ? Changer de métier

Mon travail ne me plait pas, que faire ?

Ne vous êtes vous jamais dit “ça ira mieux demain” ? Ou bien “ça finira par passer” ? Parfois, ça passe. Mais quand on est mal dans son boulot, en général, ça ne passe PAS tout seul ! Et là, il faut changer de métier… ou  pas. Exemples concrets et vécus !

Laissez moi vous parler de 2 personnes que j’accompagne. Deux femmes. Ingrid a 40 ans, Clara n’en a que 20, soit deux fois moins qu’Ingrid (j’ai changé leur prénom pour préserver leur anonymat, mais les personnes existent vraiment, et leur parcours est exact, je n’ai changé que le nom).

A priori, vu leur écart d’âge, on aurait pu penser que je serais plus utile auprès de la jeune Clara, qui est à l’aube de se carrière professionnelle, et qui, comme tous les étudiants, doit choisir sa voie.

A priori, vu leur écart d’âge, on aurait pu penser qu’Ingrid, la plus âgée, tirerait profit des 20 ans qui la sépare de Clara. 20 ans de vécu, ce n’est pas rien.

Bref, à priori, vu leur écart d’age, on aurait pu penser que “moitié de l’âge” voudrait dire moitié de maturité, moitié de compétences, moitié de connaissance de soi.

Et bien c’est tout le contraire qui est arrivé.

Mon travail ne me plait pas

Ingrid, depuis le début de sa carrière, bosse dans les ressources humaines. Elle est intelligente, dynamique, volontaire. Travaillant très consciencieusement, elle a une belle carrière, et est maintenant Responsable de la paye et de la gestion à la DRH de son entreprise. Elle encadre une belle équipe. A vrai dire, sa carrière est suite d’opportunités qui se sont présentées à elle naturellement, et elle n’a trop réfléchi avant des les accepter. Et son entourage dit d’elle qu’elle a un beau parcours, un bon poste. On l’envie. En apparence, elle a l’air heureuse.

En apparence seulement. Car quand nous nous sommes rencontrés, lors d’un déjeuner, elle m’a expliqué qu’elle était mal, qu’elle en avait assez. Au début, je pensais qu’elle avait envie d’évoluer en continuant à prendre des responsabilités. J’ai cru qu’elle voulait devenir DRH, et que le temps d’y arriver lui paraissait long. Quand je lui ai dit qu’elle trouverait sans difficulté un poste de Directeur des Ressources Humaines dans une autre entreprise, qu’il fallait activer son réseau, elle m’a dit :

“Tu ne comprends pas, j’en ai VRAIMENT MARRE. Marre de mon job, je n’ai même plus envie d’évoluer. Mon métier ne me fait plus autant tripper qu’avant. Je veux du changement. Mon travail ne me plait pas, que faire ? “. (Note : parfois, moi aussi, j’en ai marre ! )

Seulement, le problème, c’est qu’Ingrid n’a aucune idée de ce qu’elle veut. Elle veut autre chose mais elle ne sait pas quoi. A 40 ans. Et décider de changer de métier sans vraiment savoir ce qu’on veut, c’est un problème.

Mon travail ne me plait pas, que faire ? Changer de métier

 

Changer de métier ?

Je lui ai posé une question que je pose, quelque soit l’age de la personne :

“Tu as envie de quoi ?”

Et là, GROS BLANC. Ingrid, du haut de ses 40 ans, était incapable de répondre à cette question. Ingrid, 40 ans, vue par son entourage comme celle “qui réussit”, était en fait PERDUE. Même le fait de bosser dans les Ressources Humaines ne l’aide pas. Et du coup, elle a du mal à prendre du recul au travail. Je me suis dit intérieurement : “Je peux t’aider, nous avons bien fait de nous rencontrer…”

Jeune, vous avez dit jeune ?

Maintenant, laissez moi vous parler de Clara, la “petite jeune” de 20 ans. Avant de la rencontrer, je me disais : “Gros Challenge à 20 ans de choisir sa voie professionnelle. Elle a sûrement besoin de moi pour l’accompagner. Et si elle se connait mal, comme c’est souvent le cas, il y a du boulot…”. Puis je l’ai rencontrée…

Et là grosse surprise. Clara est une jeune femme dynamique. Même sa manière de s’habiller réfletait ce dynamisme. Dès les premières minutes de l’entretien, j’ai compris. Elle m’a expliqué qui elle est, d’où elle vient, ce qu’elle veut comme boulot, et comment elle va s’y prendre pour y arriver. On aurait dit qu’elle avait suivi mes formations ! Pour vous en dire un peu plus, Clara veut faire carrière dans de le domaine sportif, mais en tant que manager, pas en tant que sportif. Ce qui était surtout impressionnant, c’est que ce projet n’était pas une idée, ou une envie passagère. Non, ce projet est l ‘aboutissement d’un parcours amateur comme sportive accomplie, accompagné d’un parcours scolaire en Ecole de Commerce, mais surtout qu’une grosse réflexion sur elle même. Bref, elle mène sa barque. Elle est venue me voir pour “affiner son plan d’action”. Car elle en a un. Et je peux vous dire qu’il est très bien fait. Et son CV aussi. Je lui ai donné quelques clés, et elle à pris des notes.

Clara, la “petite jeune” de 20 ans, est en fait extrêmement mure. La jeune Clara sait beaucoup plus ou elle va qu’Ingrid, son ainée de 20 ans.

C’EST TRES FREQUENT

Et oui, ça arrive, et bien plus souvent qu’on imagine.

Que faut-il en déduire de cette comparaison ? Que le monde de l’entreprise détruit les ambitions ? Je n’irai pas jusque là.

J’ai bien conscience que la situation de la jeune Clara est assez rare, et qu’il est difficile d’être aussi clairvoyant à cet âge. C’est vrai que beaucoup d’étudiants ne font pas ce travail d’introspection, et finissent par choisir une voie “par défaut”.

En revanche, le cas d’Ingrid est fréquent, très fréquent même. Et c’est malheureusement la conséquence d’un parcours professionnel guidé par les autres.

Et les autres sont partout. Quand on est étudiant, ce sont les parents et les profs, quand on est dans la vie active, c’est son entreprise. Si on a une famille, cela peut même être son conjoint ou ses enfants !

Bref, vous trouverez toujours quelqu’un qui choisira à votre place.

ALORS ACTION !

Je ne vous cache pas que j’ai SECOUE Ingrid, la business woman de 40 ans. Histoire de la faire passer du malaise à une démarche vraiment constructive. Il n’est pas trop tard bien sûr, et elle, a décidé de changer, même si tout reste à redéfinir. Va-t-elle finalement changer de métier, ou bien le besoin de changement est-il dans un autre domaine de sa vie ? Elle verra bien. Mais maintenant, elle est dans une démarche positive qui prendra peut être un peu de temps, mais qui va aboutir, j’en suis certain !

Et vous ? Vous êtes bien dans votre job ou un peu paumé comme Ingrid ? Il n’est pas (encore) trop tard !

Edit : Qu’on se comprenne bien, je ne dis pas qu’il ne faut pas écouter les autres. Je pense que c’est très important de les écouter. Simplement, n’oubliez pas que votre chemin ne doit pas tenir compte QUE des autres, c’est vous qui êtes aux commandes !

Credit Photo


Gratuit : 7 jours de coaching ! Ebook

Inscrivez vous GRATUITEMENT au Coaching-Emploi pour les 7 prochains jours et découvrez la formule M.A.G.I.Q.U.E, pour trouver un job de rêve les doigts dans le nez.
Ça commence TOUT DE SUITE par un guide détaillé, puis je vous guide pendant 7 jours :



About The Author

Chris - JobTrouveur

Je suis Chris, coach en recherche DU job. Mon talent : me faire recruter. Sur JobTrouveur.com, je donne des conseils pour ceux qui cherchent LE job qui leur convient VRAIMENT.

33 Comments

  • Caro

    Reply Reply 30 novembre

    Vos témoignages m’ont tellement fait du bien ! On se sent moins seule. On a toute un problème similaire. J’ai 28 ans et je bosse dans les ressources humaines en milieu associatif privé. J’ai eu la chance de “choisir” mon employeur car à l’époque j’avais plusieurs offres. Mais en 5 ans, ils m’ont dégouté, à vomir. J’ai la pire des positions : “coté employeur mais au service des salariés”. Je suis au courant de toutes les décisions écœurantes de mon employeur mais également les agissements de certains salariés qui profitent du système sans s’en cacher. Marre de ce métier. Le monde animalier me passionne (végétarienne donatrice) mais le secteur est bouché. Et j’ai un crédit immo qui ne se paiera pas que par mon conjoint…

    • Bonjour Caro. Merci pour votre message, et ravi que les autres témoignages soient utiles, et que vous réalisiez que vous n’êtes pas seule à avoir ce ressenti de décalage entre ce que vous êtes vraiment et le milieu dans lequel vous évoluez. Ma conviction, c’est que chacun a la capacité d’agir vraiment sur sa propre vie. Mais la majorité des personnes ne prennent même pas la peine d’essayer de changer quoi que ce soit. La 1e étape, c’est prendre le temps de poser la situation… et c’est ce que vous venez de faire en écrivant ce commentaire ! Comme tous ceux qui ont laissé un commentaire ici. Et ce n’est pas un détail. Pour votre situation personnelle, pesez le pour et le contre. Voilà ce que j’en comprends : vous semblez être dans un milieu qui vous convient (Associatif, RH), mais le contexte est mauvais (Comportement de la direction et de certains salariés). Ca veut peut-être dire que vous avez besoin changer de boite, mais avec vous besoin de changer de métier ? IL y a surement des RH à la SPA ! 😉 Chris

  • Gael

    Reply Reply 8 septembre

    Bonsoir,
    J’ai 24 ans, je suis un étudiant M2 et je suis en stage à une grande école à l’étranger. Mon problème c’est que je sens mal et fatigué du parcours éducatif. Dès l’année précédente mon rendement à décroît d’une manière surprenante. Je ne sais pas pourquoi mais c’est ça mon problème je sens toujours que je n’ai pas fait mon boulot comme il faut et j’essaye toujours à trouver les bêtises dans mes travaux. J’en sais pas pourquoi mais certaines fois je sens que je suis en train de détruire mon travail à cause de mon point de vue pessimiste pour certaines choses. Je pense toujours que je ne connais rien et je sens si mal lorsque je n’arrive pas à répondre à une question. Mon ami m’a dit qu’il faut être plus stable et sang froid lorsque tu fais une bêtise “ce n’est pas la fin du monde”. Je sens toujours coupable et perdu pourtant que j’ai un excellent parcours. Peut-être c’est dû à cause des chocs que j’ai reçus lors de mon parcours éducatif, de mes profs et de mes camarades.

    • ShivaLinoa

      Reply Reply 8 septembre

      C’est la même chose pour moi. ” je sens toujours que je n’ai pas fait mon boulot comme il faut et j’essaye toujours à trouver les bêtises dans mes travaux”.” Je pense toujours que je ne connais rien et je sens si mal lorsque je n’arrive pas à répondre à une question.”
      Je me sens très mal quand on me pose une question sur un sujet que je suis censée connaître voire maîtriser et que je suis incapable de donner la réponse. Par ex, comme je suis secrétaire je suis censée maîtriser Word et bien quand on me demande “comment fait-on ceci ou cela ou trouver cette commande” et que je ne suis pas en mesure de le faire je me sens très mal à l’aise et là je me dit que je suis qu’une idiote, une incapable et une mauvaise secrétaire et que je ferai mieux de changer de métier…

  • jessy

    Reply Reply 19 juillet

    Bonjour,
    Je suis heureuse de lire votre post cela me rassure et je me rend compte au vu des différents commentaire que mon cas n’est pas isolé.
    J ai 35 ans et aussi longtemps que je me souvienne je n’ai jamais su réellement ce que je voulais faire, j’ai suivi un cursus comptable juste histoire de faire quelque chose ne sachant vers quoi me dirigé, à l’époque les conseillers d orientation ne t aidait pas beaucoup et ne s’intéressait pas beaucoup à ce que tu avait à dire. J’ai donc suivi mon cursus jusqu’à obtenir mon BTS comptabilité, mais forcée de constater que ce métier ne plait pas du tout . Et lorsque l on me demande ce que je souhaite faire quels sont mes rêves je suis incapable de répondre ( j’en ai honte ) cela voudrait dire que je n ai aucun rêve aucune aspirations ? je vous écrit ces quelque mots et j’en ai les larmes au yeux je suis incapable de me définir je me suis toujours vu a travers les autres en ne sachant pas moi même qui je suis réellement. Je n’en peux plus de cette situation le temps passe et je ne sais pas du tout quoi faire je pars dans plein de direction différentes sans savoir ce qui me conviendrais je veux pouvoir m épanouir professionnellement ne pas avoir la boule au ventre à chaque fois que je me lève le matin pour aller bosser actuellement j’occupe un poste de technico commerciale en voulant m’essayer à autre chose mais là encore je ne me sens pas à l aise . En fait je manque beaucoup d’assurance et c’est cela qui m empêche d’avancer. heureusement sur le plan familiale tout va bien j’ai un mari aimant et deux adorables petite fille qui me remplisse de joie j’aurais au moins réussi ça.
    Merci pour vos conseils.

    • Marine

      Reply Reply 28 août

      Bonsoir,

      Je vous écris ce message tout simplement parce que je me sens complètement perdue. J’ai 22 ans et j’ai exercé le métier de libraire à mi-temps pendant que j’étudiais à la Fac, et il se trouve que j’ai adoré mon expérience en tant que libraire.
      Malheureusement la libraire pour laquelle j’ai travaillé n’embauchait pas de libraire à temps pleins…
      Depuis j’essai de me faire une raison, sachant que le milieu du livre est très cloisonné, il est difficile d’y entrer.
      Mais quoi que je fasse pour essayer de passer à autre chose je n’arrive pas à me sortir ce métier de la tête. Comment trouver un autre métier qui me conviendrait si je n’arrive pas à penser à un métier plus adapté que celui que j’ai déjà exercé?

      Je me sens vraiment perdue… Pourriez vous m’aider?

      Bonne soirée.

      • Bonjour Marine et merci pour votre témoignage. Vous avez déjà gagné une première étape que la plupart des personnes ne passent pas : vous reconnaissez qu’il y a un problème et voulez le résoudre. Dans votre cas précis, j’ai l’impression que vous êtes déchirée entre vos désirs (être libraire) et une forme de réalisme qui vous est imposé (milieu fermé, qui embauche peu, trouver une autre voie). Je n’ai pas toutes les réponses, mais voilà ce que je peux vous dire en quelques mots :
        – Le métier de libraire est sacrément secoué depuis pas mal d’années, avec le développement d’internet et d’Amazon en particulier. Les clients se déplacent de moins en moins chez les libraires, c’est un fait.
        – Cependant, il y a beaucoup d’autres métiers dans le domaine de la culture (ex : travailler pour un éditeur). C’est un secteur réputé difficile, mais si vous êtes passionnée, vous avez peut-être la possibilité d’y trouver une place.
        – Vous avez identifié quelque chose qui vous passionne, et c’est déjà énorme à votre age. La question, c’est : pouvez-vous en faire un métier (une activité qui vous rémunerera)
        – Avez-vous pensé à pousser plusieurs pistes en parallèle ? Par exemple une piste plus “réaliste” et un peu moins passionnante, et la piste d’un métier dans la culture ?
        – Je connais trop de personnes qui trainent des regrets toute leur vie de ne pas avoir fait ce qu’ils voulaient, ne faites pas la même erreur : si quelque chose vous passionne, allez au bout, même si ça ne marche pas, vous n’aurez pas de regret d’avoir essayé.

        Bon courage ! Si d’autres personnes qui lisent votre message veulent réagir, n’hésitez pas !

    • ShivaLinoa

      Reply Reply 8 septembre

      Je ressens la même chose à propos des conseillers d’orientation, le mien ne m’a pas aidée, il m’a même rit au nez et ce plusieurs fois. De plus, à la maison il n’y avait personne pour me soutenir ni m’apporter de l’aide. Juste m’engueuler quand je n’avais pas de bonnes notes alors que je bossais comme une dingue… J’ai fais une formation de secrétaire pour faire quelque chose sans vraiment en avoir envie car en fait je n’ai jamais vraiment su ce que je voulais faire et ce depuis le collège au moment où je me suis rendue compte que je ne serai jamais vétérinaire….J’ ai 33 ans maintenant et je ne sais toujours pas ce que je veux…

      “J’ai donc suivi mon cursus jusqu’à obtenir mon BTS comptabilité, mais forcée de constater que ce métier ne plait pas du tout . Et lorsque l on me demande ce que je souhaite faire quels sont mes rêves je suis incapable de répondre ( j’en ai honte ) cela voudrait dire que je n ai aucun rêve aucune aspirations ?[…] Je n’en peux plus de cette situation le temps passe et je ne sais pas du tout quoi faire je pars dans plein de direction différentes sans savoir ce qui me conviendrais je veux pouvoir m épanouir professionnellement ne pas avoir la boule au ventre à chaque fois que je me lève le matin” => je suis dans la même impasse que vous ! j’aimerai trouver un travail épanouissant, qui ne me déprime pas!

    • ShivaLinoa

      Reply Reply 8 septembre

      Je ressens la même chose à propos des conseillers d’orientation, le mien ne m’a pas aidée, il m’a même rit au nez et ce plusieurs fois. De plus, à la maison il n’y avait personne pour me soutenir ni m’apporter de l’aide. Juste m’engueuler quand je n’avais pas de bonnes notes alors que je bossais comme une dingue… J’ai fais une formation de secrétaire pour faire quelque chose sans vraiment en avoir envie car en fait je n’ai jamais vraiment su ce que je voulais faire et ce depuis le collège au moment où je me suis rendue compte que je ne serai jamais vétérinaire….J’ ai 33 ans maintenant et je ne sais toujours pas ce que je veux…

      « J’ai donc suivi mon cursus jusqu’à obtenir mon BTS comptabilité, mais forcée de constater que ce métier ne plait pas du tout . Et lorsque l on me demande ce que je souhaite faire quels sont mes rêves je suis incapable de répondre ( j’en ai honte ) cela voudrait dire que je n ai aucun rêve aucune aspirations ?[…] Je n’en peux plus de cette situation le temps passe et je ne sais pas du tout quoi faire je pars dans plein de direction différentes sans savoir ce qui me conviendrais je veux pouvoir m épanouir professionnellement ne pas avoir la boule au ventre à chaque fois que je me lève le matin » => je suis dans la même impasse que vous ! j’aimerai trouver un travail épanouissant, qui ne me déprime pas!

  • Laëtitia

    Reply Reply 7 juin

    Bonjour. Je souhaite quitter le secrétariat après 2 expériences infructueuses. On m’a dit que ce n’était peut-être pas le métier qui me déplaît mais que ce sont mes mauvaises expériences qui font que je le déteste. En tout cas au départ ce n’était ce que j’avais choisi, disons qu’il fallait que je rentre très vite dans la vie active, tant financièrement que psychologiquement. Je rêvais d’être vétérinaire…Quand j’ai dit cela le conseiller d’orientation m’a ri au nez…mais je m’étais aperçue que je n’en serais pas capable mais je n’avais pas réussi à trouver un métier qui me faisait envie. Ce conseiller m’a dit de réfléchir à autre chose. J’y ai réfléchi. Il m’a ri au nez à nouveau. J’avais dit pharmacienne…Ce n’était pas vraiment mon désir, plutôt une idée des parents… J’ai dit que je voulais travailler avec les chevaux, ma passion de toujours… Dans tous les cas, je n’aspirais à rien d’autre que de travailler auprès des animaux, et comme ma passion de toujours était le cheval je me suis dirigée dans ce domaine d’activité mais sans en savoir grand chose.. Donc, je me suis dirigée dans le domaine du cheval or je n’avais pas toutes les clés en main et le conseiller d’orientation ne m’a pas aidée. Le monde du cheval est un monde particulier et difficile alors que j’aspirais à mieux qu’un poste de palefrenier. J’ai obtenu mon bac et j’ai voulu poursuivre pas un BTS pour travailler dans un haras, mais mes parents n’ont pas voulu m’aider financièrement. J’ai dû arrêter mes études, j’étais encore plus perdue, j’ai fait une formation d’ASV mais celle-ci n’était pas reconnue par les vétérinaires (IFSA), et en arrivant en Ile de France j’ai fait la formation de secrétaire technique en profession libérale à l’AFBB mais elle n’a pas vraiment répondue à mes attentes. De plus j’ai mal choisi le cabinet, ils ne font pas d’appels d’offre donc je n’ai pas appris ni mis en pratique le cours -qui était un peu survolé…- alors que la plupart des cabinets d’architecture font des appels d’offre… De plus, il y a plus de demande que d’offre contrairement à ce que les profs disaient. D’autant que cela ne s’est pas bien passé à l’agence. J’ai fini en dépression. Puis j’ai galéré pour retrouver un poste. J’ai travailler en tant que secrétaire administrative au sein d’un association. Et là ce n’était pas génial. Je m’ennuyais énormément, peu de travail et les quelques taches à faire n’étaient pas gratifiantes ni intéressantes. Un beau jour j’ai fini par faire un bore-out…j’ai pu mettre un nom dessus récemment. Cela m’a tombé dessus sans que je m’y attende. Le boulot ne me plaisait pas et le pire c’était les journée hyper longues mais je tenais le coup et hop un beau jour, je me suis mise à pleurer, toute la journée et à ne plus avoir d’entrain et les jours suivants aussi.
    J’aimerais changer de boulot mais le pire c’est que je n’arrive pas vraiment à savoir ce que je veux. Je pèse le pour et le contre mais rien n’en ressors. Et en plus, tout m’intéresse…
    Sinon mon envie après véto, c’était d’enseigner en maternelle mais je n’ai jamais osé me lancer, et maintenant il est trop tard. Mais quand vous entendais tous les jours que vous êtes une bonne à rien, une idiote cela n’aide pas non plus à avoir confiance en soi, cela m’a détruit et me poursuit…

  • Meli

    Reply Reply 30 mars

    Coucou tout le monde,

    Je vous raconte mon expérience, ma famille étant la plus ouverte et n’ayant eu aucune pression de quiconque pour choisir une carrière et métier. J’ai fait des études dans le domaine de l’art et une fois mes diplômes de Master (j’ai fait jusqu’à M2) j’étais contente de tout ce que j’ai appris. L’art est magique. Par contre, le domaine du travail dans l’art est horrible, pas d’offre, paies horribles, monde bizarre des fois. Du coup j’ai suivi mes passions, la photographie (je suis amatrice) et l’illustration, avec beaucoup de travail mais sans que ça soit vraiment du travail pour moi car c’est plutôt un plaisir je trouve petit à petit une entrée d’argent. En plus, une idée folle qui n’a rien à voir avec mes études, on s’est associé mon copain et moi avec un autre copain et on a créé un café glacier. J’y travaille et certes c’est dur mais c’est mon truc, mon projet, mes clients direct! La vie est pleine de surprises. Qui allait imaginer que je finirais illustratrice freelance et gérante de mon propre café? Alors que je m’imaginais plutôt dans une galerie d’art. Mais si tu suis tes passions, la vie te montrera la chemin. Faut juste bouger les fesses pour que tu puisses déclencher l’étincelle qui allumera ta vie. Alors on part servir des glaces et faire du fric au lieu d’aller dans une galerie chic à vendre les tableaux d’un galeriste et gagner le smic et encore!! Allez biz et courage à tous ceux qui veulent se réorienter! Il n’est jamais trop tard!!! Moi j’ai 26 ans et j’ai des copines qui bossent déjà depuis 3 ans, moi que depuis 1 an sauf que moi je suis heureuse et les autres sont esclaves du temps et de leur boss. Bisous et courage!

  • Noemie

    Reply Reply 28 décembre

    Bonjour.

    Je suis depuis peu en reconversion professionnelle pour devenir professeur des écoles.
    Jusqu’à maintenant j’étais infirmiere de l’éducation nationale… j’aimais mon travail m’as je m’ennuyais… j’ai donc passé le concours du CRPE que j’ai décroché.
    Cependant après 5 mois d’activité et le retour à la fac… ce métier ne me plaît pas du tout.
    C’est un travail chronophage et j’ai l’impression de délaisser mes 3 filles âgées de 6ans, 2ans et demi et 18 mois.

    Je ne suis vraiment pas bien… depuis le début des vacances je rumine…
    J’ai pensé à demissionner mais les démarches peuvent être longues…
    Je suis perdue.

    Quels conseils auriez vous pour moi?

    • Bonjour Noemie, et bravo pour votre projet. Il n’y rien de mieux que l’expérience pour se faire un avis, et vous êtes en plein dedans ! Mais attention : vous êtes en formation pour devenir professeure des écoles, n’oubliez pas que cela n’est qu’en partie représentatif du métier : ce que vous apprenez à la fac, est une chose, le métier est en général très différent, vous devriez peut-être juger sur la base des expériences représentatives, comme les premiers stages. Autre remarque : le sentiment d’être débordée est normal en phase de transition : vous apprenez des choses nouvelles, ça prend du temps. Mais après quelques mois/années dans votre nouveau job, le côté chronophage ne devrait-il pas diminuer ? Pour la nature exacte du métier de professeur des écoles, et l’intêret que vous pouvez y porter ou non, vous êtes la seule à avoir la réponse ! Bonne continuation ! Chris

  • nathalie

    Reply Reply 9 décembre

    Bonjour,

    Merci pour cet article, je me sens moins seule. J’ai 28 ans, maman d’une petite fille de 4 ans et demi. J’ai fait des études d’institutrice maternelle, j’adorais ce métier. Malheureusement, au vu du peu de place, après 4 ans, j’ai changé de voie pour raisons financières. Je suis depuis 5 ans, garde d’enfants malades, mais actuellement je vis un moment très difficile. Après une fausse couche il n’y a pas longtemps qui m’a marquée, j’accumule les insatisfactions dans mon job. Je ne supporte plus le fait d’être la bonne de service. Il faut savoir que je suis amenée à devoir me déplacer dans des familles différentes chaque jour, avec un horaire différent chaque jour, un horaire qui peut m’être donné à 7h30 pour commencer à 8h30-9h00… Les parents et les enfants que nous gardons n’ont que très peu de respect. Il n’y a que très peu de possibilité d’évoluer et je ne me sens pas écoutée lorsque j’explique mon mal être. Après la fausse couche, j’ai entamé une activité de démonstration à domicile… Je m’y sens bien, j’ai des retours très positifs des clientes, qui passent apparemment de bonnes soirées en ma compagnie… Ca me booste et en même temps ça me conforte dans cette idée que mon boulot actuel ne me convient plus, que faire? J’ai besoin de conseils.

    Merci.

    • Bonjour Nathalie, et merci pour votre témoignage personnel. Je lis dans vos mots une vraie (et rare) lucidité sur les différents jobs que vous avez pu avoir (en particulier sur votre job d’Instructrice maternelle : job qui vous convient vraiment mais pas assez rémunérateur). Je serais vous, je commencerais par regarder les petites choses que je peux changer dès aujourd’hui. Par exemple, dans votre job de garde d’enfants malades (qui a une VRAIE UTILITE au passage et devrait être plus valorisé), peut-être pouvez vous renforcer les règles vis à vis des parents : aucune demande sans préavis de la veille pour le lendemain, est-ce possible ? Ce serait plus facile à vivre non ? Le fait de fixer des limites peut parfois engendrer un peu plus de respect. Concernant votre mal être et l’épreuve que vous vivez actuellement, ne comptez pas sur votre environnement pro pour vous aider, ils ne sont pas là pour ça. Votre entourage personnel peut peut-être vous aider ? Il y aussi des gens dont c’est le métier. En tout cas, vous avez une énorme qualité : vous savez passer à l’action, l’activité de démonstrations à domicile est un excellent exemple. Et c’est à force de tentatives et d’expériences que vous trouverez le bon chemin… Courage !

  • Lyrise

    Reply Reply 22 novembre

    Bonsoir,

    je cherchais echo dans mon “ras le bol” de mon travail et je suis tombée sur ce site merci pour ce que vous faites, j’ai 37 ans, la confiance avec ma chef est cassée, je pense souvent à partir quitter mon travail malgré de grosses charges familiales. Mais je ne sais pas pour quoi ? quel autre métier ?

    Je suis complètement perdue, c’est le black out total !

    • Bonjour Lyrise et merci pour votre commentaire. Vous arrivez à exprimer votre malaise, c’est un énorme point de départ, car sans prise de conscience, pas d’action ! Difficile de vous répondre en quelques lignes, mais posez vous la question : Qu’est ce qui ne vas plus ? Vos relations avec votre boss ? Ou votre métier lui-même ? C’est important de bien le distinguer, car on ne change pas de métier comme on change de boss. Si la question de changer de métier se pose vraiment, regardez la rubrique Projet Professionnel. Et évitez de prendre une décision sur un coup de tête et sans avoir défini la suite… Bon courage ! Chris

  • rémi

    Reply Reply 30 septembre

    Bonjour,

    Je m’appelle rémi et j’ai 26 ans. Cela fait plus de 10 ans que j’exerce le métier d’animateur. Je suis rentré en formation Bpjeps cette année pour pouvoir évoluer dans mon métier. Au départ je suis le plus grand passionné de mon métier, je pense job vie job dors job. Mais comme tout le monde le sait ce boulot à responsabilités importantes avec payes misérables. Aujourd’hui j’ai un enfant en garde alternée, des contraintes au boulot qui s’accumulent et une passion qui s’évapore.

    Je commence à douter, à voir si je ne peux pas me réorienté (je n’ai qu’un BEP). Je me lève le matin, je ne suis pas heureux!!

    Qu’est-ce que je dois faire ?? Je ne peux pas partir de mon boulot car il faut que je nourrisse mon fils mais en même temps les fins du mois sont très difficile…

    • Bonjour Rémi, vous avez passé une première très importante : la prise de conscience. La preuve que vous ne vous endormissez pas dans une situation qui vous ne vous convient pas. Si j’essaye de résumer votre situation en + et en – :
      Les “+” :
      – Vous êtes dans un secteur qui vous a passionné (et que je trouve passionnant), et même si ce n’est pas le cas en ce moment, votre démotivation n’est peut-être pas liée à la nature de votre métier ?
      -Vous semblez être de nature engagée et fonceuse, et avez du recul par rapport à votre situation : c’est déjà énorme

      Les “-” :
      – Un salaire trop bas
      – L’impression d’être dans un impasse

      J’ai l’impression que reprendre une formation pour évoluer dans votre métier est une bonne chose : cela peut vous amener à des postes avec d’autres missions, et peut être un meilleur salaire à la clé ? En avez-vous parlé à vos boss/clients ? Leur avis peut-être précieux.

      Beaucoup sont tentés de tout envoyer en l’air (quitter son job, etc), vous concernant, je vous conseille de “temporiser” : votre enfant a besoin de vous…et d’un toit.

      Dans tous les cas, n’oubliez pas que le chemin pour trouver le job de votre vie est une course de fond, pas un 100m. Et j’ai l’impression que vous faites les bons choix, mais que vous souffrez de ne pas (encore) voir les résultats.

      Bon courage ! Chris

  • gina

    Reply Reply 22 octobre

    J’étais heureuse quand j’ai lu ces quelques mots.
    Contente de savoir que ce n’est pas l’age qui fait tout.
    J’ai 26 ans, je commence a peine ma carriere (si jpuis dire).
    En periode d’essai dans le domaine RH et paie. Je suis quelqu’un de dynamique et serieuse et qui n’est pas du genre a abandonner malgrè mes peurs.
    Mais depuis un mois je ne vais pas bien du tout. J’en arrive meme aux larmes le midi quand je mange seule ou quand je rentre chez moi. Je ne me sens pas a ma place et pas integrer totalement. Pour moi les RH ne devrais pas etre individualiste bien au contraire. Et la ou je suis ce n’est pas ma place. Mais voila je suis jeune, je vis en couple, j’ai des factures et un loyer a payer. Je me retrouve face a un dilemme. Ma santé ou mes factures!!!!!
    Que faire? Je suis toute ouïïïe

  • vero

    Reply Reply 19 octobre

    a 38 ans p on refaire une nouvelle carriere professionelle
    je n en peux plus du metier de commercilae

  • virginie

    Reply Reply 23 septembre

    Je viens de tomber sur cet article en cherchant un echo à ce que je ressens et pourquoi pas de bons conseils : je bosse depuis 15 ans en tant que manager et je ne supporte plus mon taf autant au niveaux salaire ( médiocre en vue des responsabilités) aussi pour le boulot tout simplement ( au départ c’était un boulot alimentaire et çà l’est resté ) ..bref! pas motivée et un très gros ras le bol…je fais des recherches pour me définir un projet pour rebondir et ce qui ressort c’est mon côté artistique que j’ai mis dans un coin il y a longtemps..après j’ai du mal à définir un boulot dans ce domaine(galère) ..je craque et pourtant je me suis surprise face à un poste à pourvoir de directeur d’agence ( management) bien payé et avec ds avantages que je n’ai jamais eu ..mais voilà : ce boulot ne m’attire que pour le salaire et je ne pense pas m’y plaire et c’est la galère car j’ai passé tout les entretiens jusqu’au dernier au cabinet de recrutement que je dois confirmer pour la semaine prochaine et là : grosse panique ! Que faire ? Etre raisonnable et matérielle ou écouter mon moi profond? Un point de vue extérieur serait le bienvenue..merci pour ces articles.

    • Marc

      Reply Reply 24 septembre

      Bonjour Virginie, être raisonnable vous dîtes ? Personnellement être raisonnable pour moi signifie écouter mon moi profond, beaucoup de personnes ont peur de l’écouter vis à vis de l’échec professionnel qui peut en subvenir ou des critiques de notre entourage, il faut savoir une chose, on deviens ce que l’on pense. Si vous êtes VRAIMENT déterminer à écouter votre “vous profond” et à suivre les projets que vous avez en tête, rien ne pourra vous arrêter, absolument RIEN.

      Le désir ardent est une clé qui ouvre de nombreuses portes…

      • virginie

        Reply Reply 24 septembre

        Merci et oui la réponse était dans mon commentaire”s écouter soi même” alors oui pr certains cela paraîtra incense mais oui! J ai mis fin a ma candidature à la dernière porte a passer parcque malgré ls avantages financier et autre , ce boulot ne m attirait pas. J espère vraiment pouvoir le trouver ce boulot dont je rêve, enfin celui qui s en rapproche le plus..not easy!

  • Marc

    Reply Reply 22 septembre

    Bonjour ! Ce message s’adresse vraiment aux personnes qui en ont marre de leurs boulot actuel.

    Que vous soyez jeunes ou moins jeunes,
    Que vous soyez déjà en Activité ou Sans Activité,
    Que vous ayez envie d’un Complément de Revenus, d’un Salaire, voir d’un Double Salaire,

    N’hésitez pas à me contacter pour en savoir plus sur une OPPORTUNITÉ qui vous offre la possibilité de changer littéralement votre style de vie, selon votre motivation !!

  • Célestine

    Reply Reply 2 septembre

    Bonjour Chris, j’ai voulu réagir par rapport à cet article. Mais avant tout, je vous remercie vivement pour ce site réussi et pour les idées qui sortent du cadre classique. Bon ce qui m’a poussé à consulter votre site c’est le manque de motivation dans mon boulot, que j’ai commencé à ressentir il y a 8 mois alors que mon chef m’a promis une évolution dans ma carrière, et par la suite il a subitement changé d’avis en prétextant des arguments vides de tout sens. A préciser qu’il est très content de mon rendement et de ma productivité,et qu’il me le répète souvent. Mais moi après son désengagement, c’est comme si on a abusé de moi, de mon enthousiasme et de mon dévouement pour le travail. Je précise aussi que je suis contente du boulot que je fait, mais je ne supporte plus mon chef. Je cherche le même poste, mais dans un autre organisme.

    • Bonjour Célestine et merci pour votre message, c’est très important pour moi, cela m’encourage à continuer ! Vous résumez très bien votre situation, et avez parfaitement bien ciblé le problème : ce n’est pas votre job, il vous plait, mais la relation avec votre responsable et le manque de perspectives. Concernant votre responsable, je peux vous dire par expérience que si la confiance est cassée, c’est très difficile de continuer une relation normale… essayez de comprendre quand même s’il y a des raisons qu’il ne vous dit pas (la situation économique de l’entreprise, sa stratégie, etc…), cela n’est pas forcément directement lié à vous. Ensuite, si vous avez besoin d’évolution et que vous sentez qu’elle n’aura pas lieu dans votre situation actuelle, vous avez parfaitement raison de chercher ailleurs. Mais avez-vous pensé à chercher un poste équivalent, mais avec plus de responsabilités ? C’est le moment non ? Bon courage !

  • yanis perret

    Reply Reply 7 août

    Bonjour ,

    J’ai actuellement 21 ans . Je viens d’etre en couple récemment et je suis parti en coloc suite a des problème familiaux …. En gros situation d’urgence …. Sauf que je vais démarrer mon 6 eme mois en preparation de commance , et la j’en ai marre …. Avec tout les problemes que j’ai eu je n’ai rien eu le temps de passer pas le permis et j’ai raté le bac de peu a cause d’une dépression …. Aujourdhui j’ai besoin de mon taff pour payer la coloc avant d’habiter avec mon compagnon …. Simplement voila , de jour en jours , plus je vais au travail moins je suis motivé , j’ai arrete mes activités preferé , dors peu , mange peu et surtout je suis dégouté de ce travail …. a 21 ans , je me dit que je mérite mieux …

    Que me conseiller vous ?

    Cordialement

    • Bonjour Yanis. Vous êtes dans une situation assez délicate, et je vous recommande de demander conseils à des proches qui vous connaissent bien, et qui ont un peu de recul et de bienveillance par rapport à votre situation. Si cela ne peut pas être vos parents, peut-être y a-t-il des amis, de la famille, ou des collègues auprès de qui vous pouvez vous confier ? Il m’est difficile de vous donner un avis à partir de ces quelques lignes, rapprochez-vous de que quelqu’un de votre entourage.

      Personnellement, je vous conseillerais de procéder dans l’ordre (vous connaissez peut-être la pyramide de Maslow) : d’abord, n’oubliez pas que même si votre job ne vous plait pas, il a quand même une utilité : vous payer pour vous loger et vous nourrir. Évidemment, cela ne suffira pas à vous rendre heureux, mais avant de tout laisser tomber, pensez-y, la situation peut-être pire encore si vous lâchez !
      Ensuite, je vois beaucoup d’espoir et de vision dans vos propos : vous VOULEZ emménager en couple, vous VOULEZ avoir une vie équilibrée (loisirs, sommeil, alimentation,…) et être plus heureux. Mais vous êtes un peu au pied de la montagne, et manquez peut-être de projets concrets (aller plus loin dans votre vision et la transformer en vrai plan d’action).
      Je serais vous, je formaliserais sur le papier mes projets. Voici un super exercice : faites une lettre à vous même qui vous projette dans un an. Imaginez vous dans un an, et écrivez dans cette lettre ce qui s’est passé depuis un an, comment vous avez réalisé vos projets, ce que vous ressentez. Et promettez vous de relire cette lettre dans un an. Vous verrez, cela deviendra votre feuille de route et cela vous donnera de l’énergie pour avancer. Si vous imaginez avoir trouvé un job épanouissant, vous allez tout de suite mettre en place votre plan d’action pour y arriver (et ça rendra votre job d’aujourd’hui plus supportable).

      Bon courage ! Vous avez une énergie formidable, sachez l’utiliser !

  • Mel

    Reply Reply 1 juillet

    Pour ma part, je me vois en Sylvie, malgré mes 28 ans, je pense être a un tournant de ma vie. Besoins de voir, d’apprendre … mon poste actuel ne me stimule plus. Mon problème qu’est ce que je fais, ou aller … Est-ce qu’il y a des organismes ou autres qui peuvent nous aider dans ces cas la ?
    est-ce que je continue dans ma filière, dans mon domaine ou je change ? après il y a aussi la peur de pas se sentir à l’aise et intégrer dans une autre boite qui pourrait passer par la case chomage qui est or de question pour moi !!! ARFF

    • Bonjour Mel. Vous osez avouer une situation que beaucoup se cachent, et c’est un pas énorme ! Si vous souhaitez vous faire accompagner, avez-vous pensé à un bilan de compétences ? Cela peut être bien si vous trouvez un bon interlocuteur (mais c’est rare). Malgré tout, je reste persuadé qu’un travail sur vous-même avec un peu de discipline et quelques bonnes lectures ferait l’affaire. Les premières étapes : vous connaitre, puis vous autoriser à rêver pour définir le métier “en or”, et enfin, une fois sa faisabilité vérifiée, construire un plan d’action de combat pour le décrocher. Je suis en train de formaliser cette démarche, si vous voulez en savoir plus, contactez moi : chris ( arobase ) jobtrouveur (point) com

  • Sylvie

    Reply Reply 2 décembre

    Merci beaucoup pour cette article. Je n’en suis pas très fière mais je me retrouve vraiment dans Ingrid, la quarantenaire. Mais que faire ? Franchement, je ne suis pas à plaindre, ma vie me convient, mais effectivement, j’en ai par dessus la tête de mon travail. Mais il faut dire aussi que c’est lui qui me fait vivre ! Alors faut-il vraiment faire quelque chose ?

    • Chris

      Reply Reply 3 décembre

      Bonjour Sylvie. A vrai dire, je ne peux pas répondre à ta place. Mais si toi même tu ressens un certain ras le bol dans ton job, et si ce ras le bol devient trop oppressant, mon avis est simple : il te faut du changement ! A bientôt. Chris

Leave A Response

* Denotes Required Field